« Il semble illusoire de contrôler a priori les outils d’intelligence artificielle car leurs conséquences sont quasi imprévisibles »

Le professeur d’économie Guillaume Chevillon analyse, dans une tribune au « Monde », les enjeux d’une politique de sécurité algorithmique qui s’avère compliquée à mettre en œuvre. Il suggère qu’une agence indépendante pourrait superviser directement les « Big Tech » en imposant certains algorithmes de base. Powered by WPeMatico Lire la suite »